Francis Cabrel

Francis Cabrel - L'Ombre Au Tableau

rate me

Un paysage de terre cuite, un ciel qu'on dirait de Magritte

La grange couverte de lierre, le lézard qui dort sur la pierre

Le chat enroulé sur le seuil, l'insecte caché sous les feuilles

Le monde est dans ses couleurs pures comme dans tes boîtes de peinture

Venue d'au-delà des nuages du fond du temps et des âges

Il tombe une étrange lumière d'herbe, de vent, de poussière

Sur nos deux fauteuils inutiles, ce cerf-volant pris sur les tuiles

Les choses semblent être éternelles comme dans tes boîtes d'aquarelle

Dans le bleu ciel, entre les branches, l'avion laisse une traînée blanche

Comme un ruban, un long nuage, comme pour dire "Tout se partage"

Au matin sur le lac immense, il suffit qu'une barque avance

Et l'eau tremble à n'en plus finir comme pour dire "Tout se déchire"

Peut-être, essaies-tu quelque part de peindre l'amour de mémoire

De recomposer les couleurs d'automne mourant sur un coeur ?

Si tu veux savoir où j'en suis, les choses ont peu bougé depuis

Ce jour où tu as tourné le dos, sauf peut-être l'ombre au tableau

Dans le bleu ciel, entre les branches, l'avion laisse une traînée blanche

Comme un ruban, un long nuage comme pour dire "Tout se partage"

Comme pour tes débuts à la gouache, sur la jolie toile une tache

Toute dans le blanc diluée comme pour dire "Tout se défait"

Dans ta lumière favorite, celle qu'on dirait de Magritte

La grange couverte de lierre, le lézard qui dort sur la pierre.

Get this song at:  amazon.com  sheetmusicplus.com

Share your thoughts

0 Comments found