L Algerino

L Algerino - Je Trace Ma Route

rate me

<b>Je Trace Ma Route</b> by <i>L'Algerino</i><br />

J’oubli pas qui je suis, j’oubli pas d’où je viens

J’oubli pas que j’étais ce galérien qui était parti de rien

J’oubli pas que pour beaucoup j’étais voué à l’échec

Mais j’ai appris que dans la vie faut jamais lâcher le steak

J’oubli pas mes racines fier de mes origines

J’oubli pas ce temps où mon compte en banque criait famine

J’oubli pas ces années à trainer dans les ruelles

Entre la rue et l’école petit voleur à Marseille

Insouciant à l’époque, je voulais refaire le monde

Un ballon de foot, un marqueur je voulais croquer le monde

Mais j’ai vu le fossé entre les rêves et la réalité

La satiété de fric ne fait qu’empirer la société

Le frigo est vide mais je manquais de rien

Le daron fieux à la tache pour qu’on mange à notre faim

Y disent qu’on était pauvre pour moi j’étais millionnaire

Une mère et un père c’est la plus grande des richesses sur terre

J’ai connu les coups durs, maladies de la vie

Le chemin est parsemé sur l’autoroute de la vie

Entre le bien et le mal, entre la terre et les cieux

Je lève les yeux vers le ciel et passe la confiance en dieu

A l’heure où j’écris ce texte je suis garé dans un parking

Les flics m’ont contrôlé n’ont trouvé que des mégots des sticks

Les gens me prennent pour un fou quand je rap mes textes au feu rouge

Sa passe au vert sa klaxonne les vieux me regarde d’un air louche

Je trace ma route, j’oubli pas d’où je suis parti

Donnez- moi du bonheur en contre partie

C’est comment te dire un peu flou mais clair dans ma tête

Les bouettes on toujours était prit pour des fous

Je trace mon chemin, j’oubli pas d’où je viens

Si tu as mal serre les fesses ça ira mieux demain

Appart ça tout va bien je garde le sourire

Je profite de chaque instant comme si demain je devais mourir

J’ai connu la routine je lui ais même fait l’amour

Perdu mon temps chaque jour à traîner en bas d’une tour

A se demander ce que le sort me réservera demain

Fatigué de rien foutre assommé par des joints

Les yeux cernés je perdai mon duel contre le sommeil

Il est 14 heures du mat ce jour qui ressemble à celui de la veille

J’ai rien à perdre je c’est ce que j’ai à faire

Tente le tout pour le tout avant de finir 6 pieds sur terre

J’ai connu les nuits de doutes intéressé par les maisons de disques

Les radios n’avaient pas de place pour moi dans leur playlist

Mais la rue a tranchée, elle a fait de moi ce que je suis

Y a de la place dans la caisse que ceux qui m’aiment me suivent

J’allume la radio, les frères inondent la FM

Mash’Allah je souhaite le bien les jaloux puent la défaite

Faut aimer pour son prochain ce qu’on aime pour soit même

Continue à tout niquer vazy mais reste toi-même

Je trace ma route, j’oubli pas d’où je suis parti

Donnez- moi du bonheur en contre partie

C’est comment te dire un peu flou mais clair dans ma tête

Les bouettes on toujours était prit pour des fous

Je trace mon chemin, j’oubli pas d’où je viens

Si tu as mal serre les fesses ça ira mieux demain

Appart ça tout va bien je garde le sourire

Je profite de chaque instant comme si demain je devais mourir

J’ai déjà 27 ans j’ai vécu 1/4 de siècle

Dans la vie y a des chances qui se présentent

Il faut les saisir

Rien à foutre de ceux qui mettent les bâtons dans les roues

Parce que moi je trace ma route j’oubli pas d’où je suis parti

Donnez- moi du bonheur en contre partie

C’est comment te dire un peu flou mais clair dans ma tête

Les bouettes on toujours était prit pour des fous

Je trace mon chemin, j’oubli pas d’où je viens

Si tu as mal serre les fesses ça ira mieux demain

Appart ça tout va bien je garde le sourire

Je profite de chaque instant comme si demain je devais mourir

(Grazie a Rinka per questo testo)

Get this song at:  amazon.com  sheetmusicplus.com

Share your thoughts

0 Comments found