Francis Cabrel

Francis Cabrel - La Fabrique

rate me

Mon grand-père était un marin, Il a dû mourir sur une île, Mon père avait une ferme, Et moi je suis sa seule fille. Je me suis enfuie avec ce voyou D'un village des alentours, Aujourd'hui il s'étouffe dans son alcool, Et me laisse seule Avec nos trois gosses à nourrir A la fabrique c'est pas facile, C'est pas non plus très dur, Mais ce sont ces heures qui défilent, Et puis cette horloge sur le mur. Un premier rêve qui passe M'aide à tenir jusqu'à midi, Où j'ai quelques minutes d'espace Pour prendre un sandwich, Boire un café, et m'asseoir. Autrement c'est moi et la machine, Jusqu'à ce que la sirène le décide, Jusqu'au bout de l'après-midi, Jusqu'au bout de ma vie. Malgré moi mon cÅ“ur s'en retourne Vers cette maison dans les terres, Où j'ai passé tant d'années d'amour A danser sur les bras de mon père. Ces histoires de marins perdus, Ces orages sur le lac XXX, Ces navires à jamais disparus, Avec leurs voiles grandes Comme des morceaux de ciel. Oui mais c'est ma vie qui a été gâchée, Et c'est moi qui ai eu tort de laisser Cette fabrique Pour bien utiliser mon corps. Moi je vais rentrer chez moi ce soir, Je vais regarder mes mains, Je vais me dire qu'au moins une fois J'aurais aimé avoir la chance D'aller plus loin. Mais je vais travailler ici Et oublier tout ce que je souhaite, Peut-être ne jamais rencontrer L'homme dont le nom est sur l'étiquette. Ce sera moi et la machine Jusqu'à ce que la sirène le décide Jusqu'au bout de l'après-midi Jusqu'au bout de ma vie

Get this song at:  amazon.com  sheetmusicplus.com

Share your thoughts

0 Comments found