Home >> Artists starting with F >> Florent Pagny Lyrics >> Huitième Merveille

Florent Pagny - Huitième Merveille Lyrics

(Élodie Hesme/John Mamann)

Dans le sillage de son parfum, j'aurais pu la suivre des heures.
Aujourd'hui, elle me vole le mien, quel bonheur !
Quelques fils d'argent viennent trahir l'insolence de ses cheveux noirs.
Elle ne cherche plus à rajeunir, quel plaisir !
Bien moins d'effort sur la longueur, elle laisse aller sa vraie nature.
Ça m'bouleverse toujours quand elle pleure, ça, c'est sûr.

La huitième merveille du monde, c'est une comtesse aux pieds nus.
Une déesse tombée des nues
C'est toutes les femmes en une seule femme.
La huitième merveille du monde, c'est une comtesse aux pieds nus.
Une déesse tombée des nues
C'est toutes les femmes en une seule femme
Et quelle femme, cette femme !

Des cinq étoiles, ouvrir la porte dans les ambiances chaudes et feutrées.
De nos caprices, payer la note, j'ai aimé.
Et puis tout envoyer valser, les bonnes manières et le bitume
Courir les terres inachevées qu'elle parfume.
Mais là où elle me désarçonne, là où je tombe à ses genoux
C'est que plus rien ne l'impressionne à part nous.

La huitième merveille du monde, c'est une comtesse aux pieds nus.
Une déesse tombée des nues
C'est toutes les femmes en une seule femme.
La huitième merveille du monde, c'est une comtesse aux pieds nus.
Une déesse tombée des nues, la puissance dans tout ce qu'elle sème.
La huitième merveille du monde, c'est une comtesse aux pieds nus.
Une déesse tombée des nues, la puissance dans tout ce qu'elle sème
Et cette femme, cette femme, c'est la mienne.
 

Share your thoughts

Comment :
Rating :
comment

(Maximum characters: 100)
You have characters left.